Euthanasie en France : une peine symbolique

Publié le 10 Mai, 2017

Jean Dilac, accusé d’avoir tué sa femme en lui administrant des médicaments puis en l’étouffant, a été condamné hier à deux ans de prison avec sursis. Une « peine symbolique » car l’homme de 93 ans a tenu « la promesse » faite à sa femme : lui « donner la mort avant d’être complètement diminué » (cf. Il euthanasie sa femme : deux ans plus tard, son procès à Amiens). La « Cour a été touchée par ses arguments » et ceux de son avocat, qui estime qu’il n’est pas « normal » de « condamner quelqu’un qui a mis fin à la souffrance de son épouse alors qu’il a démontré que pendant 68 ans il n’a fait que lui démontrer des preuves d’amour et d’attention ».

France Info, Fanny Bouteiller et Célia Mascré (11/05/2017)

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres