Euthanasie : des enjeux financiers

Publié le 13 Avr, 2021

Le magazine l’Incorrect a mené une enquête sur l’euthanasie en Europe, mettant en évidence les enjeux financiers de la légalisation de cette pratique.

En Belgique comme aux Pays-Bas, le coût d’une euthanasie est « proche de 100€ ». On dénombre dans ces pays respectivement 2000 et 5000 euthanasies chaque année. En Suisse, cinq associations vivent de la pratique du suicide assisté : EXIT, EXIT A.D.M.D. Suisse Romande, DIGNITAS, EX International et Lifecircle. La plus connue, Dignitas, demande 9000€ pour un suicide assisté. En 2014, elle en a pratiqué 1700.

Quant à la France, où la loi n’autorise pas l’euthanasie ni le suicide assisté, la Fédération des mutuelles françaises y est favorable. « Les mutuelles n’ont pas du tout envie de se retrouver à devoir financer la dépendance » explique l’Incorrect, chiffrant les années de vie des retraités. 2000 euros par mois hors forfait de soins en Ehpad, auxquels s’ajoutent 2200€ mensuels si la personne âgée doit être gardée en permanence, « sans compter les aménagements du logement si la personne reste chez elle, dont le coût atteint en moyenne 4280 euros ». Si à ce jour « le coût de la dépendance est estimé à 30 milliards d’euros par an, dont 12 milliards correspondent à des dépenses de santé », il faut noter qu’en 2050 « une personne sur trois sera âgée de plus de 60 ans ».

Devant ce constat, les « mutuelles se battent pour que l’État finance cette dépendance en créant une nouvelle branche de la Sécurité sociale ». Mais leur fédération approuve l’euthanasie. Et les soins palliatifs manquent de financement.

Source : L’incorrect, Emmanuel Rechberg (12/04/2021); Photo: iStock

 

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...