Etats-Unis : troisième naissance issue d’une greffe d’utérus provenant d’une donneuse vivante

Publié le 11 Sep, 2019

Le Baylor University Medical Center de Dallas, a annoncé le 10 septembre qu’une troisième famille avait accueilli un bébé à l’issue d’une transplantation utérine. Cette naissance est le résultat d’une greffe provenant d’une donneuse vivante, dite « altruiste » : ni la donneuse, ni le receveuse ne connaissaient leur identité réciproque.

 

Le Centre de Dallas est l’un des premiers aux États-Unis à explorer la transplantation de l’utérus pour des femmes ayant un utérus non fonctionnel ou inexistant. L’intervention suppose que les femmes qui pourront, moyennant le recours à la procréation médicalement assistée, être enceintes suite à la transplantation d’organes, seront sous traitement immunosuppresseur pendant tout le temps de la grossesse.

L’équipe d’essais cliniques dirigée par le chercheur principal Giuliano Testa, M.D., a réalisé à ce jour un total de 20 greffes d’utérus. C’est le plus important programme au monde.

 

Pour aller plus loin :

Greffe d’utérus : “le bénéfice potentiel pour la société de recherches impliquant cette procédure est relativement faible”

Aux cours des journées de l’ABM, greffes de mains, greffes d’utérus : un état des lieux

Aux USA, première naissance issue de la greffe d’un utérus prélevé sur donneuse décédée

Greffe d’utérus aux Etats-Unis : l’échec de 2016 dû à une contamination de la donneuse

Medical Press (10/09/2019) – Third baby born after uterus transplant at Baylor University Medical Center in Dallas

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres