Etats-Unis : les centres d’AMP moins performants transfèrent davantage d’embryons

Publié le : 25 octobre 2012

Une étude américaine présentée à l’occasion du congrès de l’American Society for Reproductive Medicine (ASRM) à San Diego (Californie), révèle que "les centres d’assistance médicale à la procréation (AMP) ayant un taux de succès inférieurs à la moyenne nationale transfèrent plus d’embryons par cycle". Cette étude, réalisée par une équipe de chercheurs de la Yale University School of Medicine à New Haven (Connecticut), a consisté à analyser "les données de toutes les cliniques américaines ayant rapporté leur activité aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC) en 2008, soit 436 centres".

L’article précise que "cette pratique, qui peut s’expliquer par le fait que ces centres chercheraient à augmenter leurs taux de succès en transférant plus d’embryons, n’est cependant pas associée à davantage de grossesses multiples, contrairement à ce qu’on pourrait entendre". Ainsi, "les centres moins performants, définis comme ayant des taux de grossesse moyens par cycle inférieurs d’une déviation standard à la moyenne nationale sur l’année considérée, avaient des taux de grossesse par cycle inférieurs à 38,2% chez les moins de 35 ans, inférieurs à 27,8% chez les 35-37 ans, inférieurs à 20,6% chez les 38-40 ans et inférieurs à 10,6% chez les 41-42 ans". En outre, les chercheurs précisent que "ces centres transféraient plus d’embryons par cycle chez les patientes les plus jeunes que les autres centres", sur la tranche moins de 35 ans et la tranche entre 35 et 37 ans. Enfin, "sur l’ensemble des tranches d’âges, les centres moins performants n’avaient pas plus de naissances multiples que les autres".

apmnews.com 24/10/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres