Espagne: « PMA pour tous », en arrière toute?

Publié le : 30 juillet 2013

 Le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy vient de faire part de son projet « d’exclure les lesbiennes et les célibataires de la procréation médicalement assistée (PMA) dans les hôpitaux publics« . Selon lui, cette technique doit uniquement répondre aux problèmes de stérilité.
En Espagne, la santé publique est de la compétence de chaque communauté autonome (région espagnole), et l’objectif du ministère de la Santé est « d’unifier les critères » d’accès à la PMA: « le gouvernement souhaite [qu’elle] soit réservée aux femmes âgées de moins de 40 ans…et stériles« .

 

Sans avoir évoqué ni la préférence sexuelle ni l’état civil des patientes, la ministre de la Santé, Ana Mato, a cependant précisé que « l’absence d’un homme n’est pas un problème médical« . Par conséquent, « les femmes célibataires et les couples lesbiens qui souhaitent se soumettre à une insémination artificielle  ou à une fécondation in vitro ne seront plus pris en charge par les hôpitaux public «  à moins qu’elles ne démontrent un problème de fertilité. Mais cela ne les empêchera pas de se tourner vers les cliniques privées, « très sollicitées en Espagne en matière de reproduction assistée« . 

 

Selon la loi actuellement en vigueur, « la PMA est financée […] lorsqu’elle répond à une stérilité diagnostiquée ou à ‘une indication clinique établie’ « . C’est précisément la dernière de ces deux indications qui « permettait aux communautés autonomes qui le désiraient de prendre en charge les célibataires et les lesbiennes fertiles« . 

<p> Le Figaro (Mathieu de Taillac) 30/07/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres