Espagne : les manifestants anti-avortement auront-ils le dernier mot ?

Publié le : 22 septembre 2014

En décembre dernier, le ministre de la Justice espagnol, Alberto Ruiz-Gallardon, déposait un projet de loi visant à limiter le recours à l’interruption volontaire de grossesse. Depuis, le projet est en suspens, il « n’a toujours pas été présenté au Parlement, où les conservateurs disposent de la majorité« . Il y a une semaine, le quotidien espagnol El Mundo annonçait que le projet de loi ne verrait pas le jour (Cf Synthèse de presse Gènéthique 15/09/2014). 

 

C’est dans ce contexte que des milliers de manifestants opposés à l’avortement ont défilé à Madrid, ce dimanche 21 septembre. Ces derniers accusent le gouvernement de « les trahir » : « J’ai voté pour eux et ils m’ont trahie. Pourquoi freinent-ils maintenant ? C’est déconcertant.« . Passant notamment devant le ministère de la Justice, en charge du projet de loi, les manifestants tenaient des pancartes « oui à la vie, non à l’avortement« , ou encore « s’ils les tuent, ne vote pas pour eux« . Car après les élections européennes du mois de mai, ce pourrait désormais être « l’échance des municipales et régionales de 2015 qui pourrait effrayer le gouvernement et paralyser le projet« . 

 

Ce vendredi, la numéro deux du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria, a précisé : « C’est une loi compliquée, sensible socialement. […] Le gouvernement veut travailler pour atteindre le consensus le plus large possible« . 

<p>AFP 21/09/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres