En réponse aux propos sur la « traque » des embryons, le directeur de l’OCH invite à la rencontre

Publié le 17 Oct, 2019

Mardi 15 octobre, Philippe Vigier, député d’Eure-et-Loire et président du groupe parlementaire Libertés et Territoires, déplorait l’abandon du projet d’extension du diagnostic pré-implantatoire (DPI) dans le projet de loi bioéthique (cf. Victoire contre l’eugénisme à l’Assemblée nationale : Pas de destruction des “embryons trisomiques” en l’éprouvette), « en déclarant à la tribune de l’Assemblée nationale : « Il faut traquer, oui je dis “traquer”, les embryons porteurs d’anomalies chromosomiques » ».

 

Philippe de Lachapelle, directeur de l’Office chrétien des personnes handicapées (OCH), s’insurge : « Ces mots sont terribles : parler de « traque », c’est d’une violence incroyable pour toutes les personnes handicapées, porteuses d’une « anomalie chromosomique » ». « C’est malheureusement très révélateur de l’eugénisme à l’œuvre dans notre société ». Il rappelle : « Durant les États généraux de la bioéthique, le docteur Israël Nisand a affirmé : « Nous sommes dans une société eugéniste handiphobe » » et commente : « Il a raison. Il parle d’eugénisme positif. De quelque façon qu’on l’appelle, « positif » ou pas, ça reste de l’eugénisme. Ce n’est pas un eugénisme d’État, mais les lois l’encouragent. » Et d’avertir : « Il y a trois piliers sur lesquels il s’appuie : l’individualisme, le marché performant et la science. Si on n’est pas vigilant face à ces logiques, on bascule. L’eugénisme fonctionne sur le même moteur que la catastrophe écologique. L’environnement aussi est détruit à cause de l’individualisme, du marché performant et de la science. Comme pour l’écologie, avec l’eugénisme, on va là où on ne veut pas aller. On n’a pas envie d’être eugéniste. » Pourtant : « la loi bioéthique renforce une forme d’eugénisme qui va plus loin encore qu’auparavant ».

 

Mais tout n’est pas joué d’avance pour Philippe de Lachapelle : « Le premier réflexe est de continuer à se battre. La loi n’est pas encore passée. Je trouve ça exaspérant qu’on l’appelle « loi bioéthique ». Il y a bien plus que ça, elle englobe tout. On est insensibilisé tellement on a franchi de pas sur le sujet, tellement on ne distingue plus le bien du mal. ». L’enjeu ? « Changer de regard sur la personne ». En réponse à la dépendance manifeste des personnes handicapées, « il faut consentir à ces liens, à cette interdépendance ». « Cette idée de «  traque » est révélatrice de ce choix. On est sur une ligne de crête : est-ce qu’on élimine ou est-ce que l’on rencontre ? »

 

La Vie (16/10/2019) – Le directeur de l’OCH dénonce la volonté de « traquer » les anomalies chromosomiques

 

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres