En Israël, les transgenres seront mentionnés comme « parents » sur les actes de naissance de leurs enfants

Publié le 6 Mai, 2021

Les parents transgenres israéliens n’auront plus l’obligation de choisir entre « père » et « mère » sur les actes de naissance de leurs enfants. C’est la Haute Cour de Justice qui a pris cette décision mercredi.

Cette décision fait suite au procès intenté par Yonatan et Daniel Martin Marom. Tous deux sont déclarés hommes à l’état-civil, mais Yonatan est née femme. Ils ont eu un fils « par naissance naturelle ». Sur l’acte de naissance Yonatan a donc été indiquée comme mère de l’enfant, ce qui a modifié automatiquement son état-civil, passant Yonatan d’homme à femme. De plus, Daniel n’a pas été accepté comme père de l’enfant.

Yonatan et Daniel ont intenté une action devant la Haute Cour de Justice « pour exiger d’être enregistrés en tant que parents de l’enfant avec leur identité de genre propre ». La Haute Cour a accepté la position des requérants, estimant que « l’acte de naissance a pour but de fournir des informations sur le nouveau-né et non sur l’identité de genre de ses parents » et que par conséquent « la mention non sexuée du parent transgenre dans l’acte de naissance de son enfant n’implique pas un retrait d’intérêt quelconque ».

Cette décision signifie que les « hommes » nés femmes qui auront accouché d’un enfant pourront rester hommes à l’état-civil, en étant désignés comme « parents » sur l’acte de naissance, « sans précision du sexe ».

Source : Jerusalem Post, Tzvi Joffre (05/05/2021)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres