En Inde, un « bébé médicament » pour « sauver » un grand frère malade

Publié le : 16 octobre 2020

En Inde, le don de moelle osseuse n’étant pas possible : l’antigène leucocytaire humain (HLA) de la famille ne correspondant pas, les parents d’Abhijeet, né en novembre 2013 et atteint d’une thalassémie majeure[1], ont eu recours à un « bébé médicament ».

Le couple a subi trois cycles de FIV et 18 embryons ont été créés. Tous les embryons, au stade de 5 jours, ont été passés au crible du diagnostic pré-implantatoire afin de vérifier qu’ils n’étaient pas « atteints de thalassémie majeure », que leur HLA correspondait et un test génétique a été « effectué pour exclure toute autre complication », a expliqué le  Dr Manish Banker, directeur médical de Nova IVF Fertility. Un seul embryon correspondait au HLA du petit garçon. Il a été implanté et la maman a mis au monde une petite fille il y a un an.

« Nous avons dû attendre que le bébé grandisse. Elle devait peser 10 kg avant que nous puissions prélever de la moelle osseuse », a déclaré Deepa Trivedi, directrice du programme de l’unité de moelle osseuse de Sankalp, à l’hôpital CIMS d’Ahmedabad. La petite fille vient de faire un don de moelle osseuse pour « sauver son frère ».

[1] Les thalassémies constituent un ensemble de maladies héréditaires du sang affectant la production de l’hémoglobine (protéine responsable du transport du dioxygène).

 

Sources : The Hindu (15/10/2020) – Indian Times, Somak Adhikari (15/10/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres