DPN : réponse de Jean Leonetti aux professionnels de santé

Publié le : 8 mars 2011

Le député Jean Leonetti a réagi à l’appel de certains professionnels de santé qui s’opposent à l’amendement de l’article 9 du projet de loi sur la bioéthique relatif au diagnostic prénatal (DPN). Celui-ci dispose que les examens de DPN seront proposés aux femmes "si les conditions médicales le nécessitent". "Si la loi passe en l’état au Sénat, il y aura une vraie inégalité d’information des femmes en fonction du médecin sur qui elles tombent. Certaines sauront que le dépistage existe, d’autres non. Le médecin deviendra le seul juge, et c’est très dangereux !", a déclaré Nicolas Fries, président du Collège français d’échographie fœtale (Cf. Synthèse de presse du 22/02/11).

Jean Leonetti, qui a proposé et défendu cet amendement à l’Assemblée Nationale pour éviter le caractère systématique du DPN et les dérives eugéniques qui peuvent en découler, a expliqué que "par conditions médicales, il ne faut pas entendre tel ou tel médecin, dans son coin, qui juge si sa patiente doit ou non avoir accès au dépistage. Il faut entendre l’état des connaissances médicales". Il a précisé : "Il ne faut pas se focaliser sur la seule trisomie 21. La loi n’est pas écrite uniquement pour cette pathologie et uniquement pour aujourd’hui. Il faut avoir en tête que tout va très vite. Que demain, avec une simple prise de sang, la science permettra sans doute de savoir si un fœtus a un risque accru de mourir précocement d’un infarctus. Et là, on voit bien le risque d’eugénisme".

Devant l’insistance des gynécologues, il n’exclut pas de rediscuter l’amendement mis en cause.

Le Parisien (Hélène Bry) 08/03/11

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres