DPI et trisomie 21 : un tournant eugénique

Publié le : 25 janvier 2010

L’hebdomadaire Famille Chrétienne fait part de la réaction de Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, face à la volonté, manifestée par la mission d’information parlementaire sur la bioéthique, de modifier l’intention de la loi sur le diagnostic préimplantatoire (DPI).

Ce diagnostic est effectué sur les embryons conçus dans le cadre d’une fécondation in vitro dans le but de repérer une éventuelle maladie génétique d’une particulière gravité, déjà présente dans une famille. L’une des propositions du rapport parlementaire "vise à rajouter la détection de la trisomie 21 à la pathologie recherchée par le DPI". Alors que la trisomie est déjà systématiquement recherchée, à l’échelon national, dans le cadre du diagnostic prénatal (DPN), elle "deviendrait aussi la première maladie stigmatisée par le DPI". Jean-Marie Le Méné récuse cette proposition qu’il juge intolérable. Sa mise en oeuvre signifierait ni plus ni moins, en pratique, "qu’un enfant trisomique conçu in vitro et soumis au DPI est présumé mort" (Voir la Synthèse de presse du 21/01/10.)

Le mercredi 27 janvier 2010, LA PROCURE organise à Paris un débat autour du dernier ouvrage de Jean-Marie Le Méné, Nascituri te salutant ! La crise de conscience bioéthique, en présence de son auteur et de Jean-Frédéric Poisson, député membre de la mission parlementaire sur la bioéthique.

[ De 20h00 à 21h30, 3 rue de Mézières 75006. Inscription à laprocure@laprocure.com ou au 01 45 48 20 25.]

Famille Chrétienne.fr (Jean-Marie Le Méné) 25/01/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres