Double découverte grâce aux cellules iPS dans la recherche de traitement de la trisomie 21

Publié le : 22 juillet 2014

La revue Nature Communications publie un article selon lequel des chercheurs de l’UC Davis School of Medicine et Schriners Hospitals for Children (Californie du Nord) viennent d’identifier un rôle des cellules astrogliales (supports aux neurones) dans le développement de la trisomie 21 et un potentiel traitement aux anomalies qu’elles engendrent dans le cadre de cette maladie. 

Pour parvenir à cette découverte, les chercheurs ont modélisé la maladie via des cellules souches provenant de patients trisomiques eux-mêmes. Autrement dit, les chercheurs ont eu recours aux cellules souches pluripotentes induites, les cellules iPS.  

Wenbin Deng, professeur agrégé en biochimie et médecine moléculaire et principal auteur de l’étude précise : « Nous avons développé un modèle de cellules humaines afin d’étudier le développement du cerveau dans le cadre de la trisomie 21 ce qui nous a permis de mener à bien des études physiologiques détaillés et de déterminer de potentielles nouvelles thérapies« . Enfin, il ajoute que « ce modèle est beaucoup plus réaliste que les traditionnels modèles animaux parce qu’il est dérivé de cellules propres au patient« . 

La seconde découverte tient à l’influence qu’aurait un antibiotique (minocycline) sur ces cellules astrogliales pour corriger les anomalies dans les interractions entre ces cellules et le neurones en développement. Là encore l’utilisation des cellules iPS pour le criblage de molécules a été déterminant.

<p>news-medical.net 21/07/2014 - Nature Communications (Deng et al.) 18/07/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres