Don d’organes : pas de consentement sur la carte vitale

Publié le : 31 mai 2011

Un amendement demandant l’inscription, sur la carte vitale, de la volonté de la personne concernant le don de ses organes, a été débattu la semaine dernière à l’Assemblée nationale lors de la relecture du projet de loi de bioéthique. "La carte vitale pourrait être le support d’un testament de vie, adapté au don d’organes, et simplifier l’accès au prélèvement. […] Ce serait un gain de temps considérable pour les équipes médicales chargées de prélever l’organe", avait affirmé la députée UMP Jacqueline Irles, favorable à ce projet. L’amendement a finalement été rejeté.

Les équipes de soins doivent aujourd’hui faire face à un manque de donneurs d’organes. La possibilité du don d’organes intervenant souvent lors de la mort du potentiel donneur, il revient alors à sa famille de prendre la décision délicate du don.

Le rapporteur de la commission de bioéthique, Jean Leonetti, s’est opposé à l’amendement craignant que "porter sur une carte qui n’est pas secrète le fait que la personne refuse le prélèvement [puisse] être un élément discriminant voir stigmatisant. Mieux vaut s’en tenir à la solution proposée, qui est d’indiquer simplement sur la carte que la personne a été informée, et conserver le registre des refus, qui est, lui, secret."

Libération (Eric Favereau) 31/05/2011

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres