Dispositif pour étudier le développement embryonnaire précoce

Publié le : 8 mars 2012

Une équipe de chercheurs de l’Université de Nottingham a créé un nouveau dispositif, sorte d’ "utérus artificiel" ayant la "forme d’un bol polymère souple qui imite les tissus mous de l’utérus chez les mammifères, dans lequel l’embryon s’implante". Ce travail de recherche, paru dans Nature Communications*, a été financé par l’European Research Council.
Avec ce dispositif, les chercheurs sont parvenus à cultiver des embryons de souris en dehors du corps de la mère, assez longtemps pour observer en temps réel une étape cruciale de développement entre les 4ème et 8ème jour. Plus précisément, cela leur a permis d’observer des groupes de cellules extra-embryonnaires qui montrent où la tête de l’embryon doit se former.

Le professeur d’ingénierie tissulaire qui dirige ces travaux, Kevin Shakesheff, explique que "grâce à cette technique unique, nous avons été en mesure d’apporter une vision inédite du comportement incroyable des cellules à ce stade crucial du développement de l’embryon. Nous espérons que notre travail révèlera d’autres secrets qui pourraient améliorer les traitements médicaux qui aident les tissus à se régénérer et optimiser la FIV".
Le Pr Shakesheff estime  que cette connaissance du développement embryonnaire pourrait aussi apporter une aide dans le domaine de la médecine régénérative en apportant par exemple des informations sur les processus de formation des organes.


* Nature Communications, "Dynamics of anterior–posterior axis formation in the developing mouse embryo", Samantha A. Morris, Seema Grewal, Florencia Barrios, Sameer N. Patankar, Bernhard Strauss, Lee Buttery, Morgan Alexander, Kevin M. Shakesheff & Magdalena Zernicka-Goetz, 14/02/12

Santelog.com 05/03/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres