Des ordres « de ne pas réanimer » pour les personnes souffrant de troubles cognitifs ?

Publié le : 15 février 2021

« Tout au long de la pandémie, de nombreuses personnes souffrant de troubles cognitifs ont été confrontées à une discrimination et à des obstacles choquants dans l’accès aux soins de santé, avec des avis inappropriés « Ne pas tenter la réanimation cardiopulmonaire » (DNACPR) inscrits dans leurs dossiers et des coupes dans leur aide sociale », s’insurge Edel Harris, le directeur général de Mencap[1].

Alors que la polémique enfle en Grande Bretagne concernant l’accès au vaccin pour ces personnes, des rapports montrent que certains avis DNACPR semblent avoir été émis simplement parce que certains patients étaient porteurs de troubles cognitifs. Et ce, bien que cette pratique ait été amplement condamnée. Des avis inappropriés qui ont causé des décès potentiellement évitables l’année dernière.

Les chiffres du NHS[2] publiés la semaine dernière montrent que dans les cinq semaines qui ont suivi le début du troisième confinement, le Covid-19 a été à l’origine de 65 % des décès de personnes souffrant de troubles cognitifs. Ceux de l’Office for National Statistics montrent que ce taux en population générale n’était que de 39%.

Les jeunes de 18 à 34 ans porteurs de troubles cognitifs ont 30 fois plus de risques de mourir du Covid que les autres jeunes de la même classe d’âge, selon Public Health England. Par ailleurs, une analyse réalisée la semaine dernière par l’Office national des statistiques a montré que six décès sur dix liés au Covid concernaient des personnes handicapées.

[1] Mencap est une organisation caritative britannique au service des personnes souffrant d’un trouble de l’apprentissage et de leurs familles.

[2] National Health Service.

Source : The Guardian, James Tapper (13/02/2021) – Photo : _Alicja_ de Pixabay

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres