Des greffes de cellules souches hématopoïétiques pour soigner la sclérose en plaque

Publié le 18 Jan, 2016

Plusieurs hôpitaux dans le monde (Etats-Unis, Brésil, Suède, Royaume-Uni) participent à une étude internationale depuis 2006 afin d’ « évaluer les effets à long terme de la transplantation de cellules souches ». Dans ce cadre, l’hôpital Royal Hallamshire de Sheffield au Royaume-Uni a expérimenté un traitement pour soigner les patients atteints de sclérose en plaques.

 

La sclérose en plaque est une maladie auto-immune qui touche le système nerveux central, en particulier le cerveau, les nerfs optiques et la moelle épinière. Le système immunitaire des personnes atteintes détruirait la myéline[1] en la considérant comme étrangère au corps. Ainsi, à certains endroits du système nerveux, les influx sont plus lents ou complètement bloqués, ce qui provoque différents symptômes : engourdissements, spasmes musculaires, difficultés de mouvements ou d’équilibre.

 

Le traitement expérimenté au Royaume-Uni consiste en une « autogreffe de cellules souches hématopoïétiques [2] » (HSCT), réalisée après une chimiothérapie. Les médecins prélèvent une petite partie des cellules souches hématopoïétiques du patient par prise de sang, les congèlent pour les maintenir en vie puis les ré administrent au patient par voie veineuse après la chimiothérapie. La greffe permet au patient de reconstruire son système sanguin et immunitaire après la chimiothérapie.

 

Sur vingt patients traités, « ceux qui étaient paralysés ont retrouvé leur capacité à marcher ». Le professeur Basil Sharrack du Royal Hallamshire Hospital de Sheffield s’est félicité de cette « réussite majeure ». Les médecins sont optimistes mais restent prudents : « les essais ont montré que la transplantation de moelle peut être en mesure de stabiliser ou d’améliorer le handicap pour certaines personnes atteintes de sclérose en plaque, il peut cependant se montrer inefficace pour d’autres malades ».

 

Les études se poursuivent pour évaluer la « sécurité de la procédure et ses effets à long terme ».

 

 

[1] La myéline forme une gaine qui entoure les fibres nerveuses, ce qui les protège et accélère la transmission des messages ou influx nerveux.

[2] Les cellules souches hématopoïétiques sont des cellules souches adultes, multipotentes, provenant de la moelle osseuse.

Daily mail (18/01/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres