Des députés français veulent relancer la natalité

Publié le 9 Avr, 2021

A la veille du débat de la proposition de loi d’Olivier Falorni visant à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté (cf. Euthanasie : « Ce prétendu droit m’enlève ma dignité, et tôt ou tard, me désigne la porte »), 22 députés [1] ont proposé un texte visant « à renouer avec une politique familiale ambitieuse pour relancer la natalité en France ».

Les députés s’inquiètent du niveau de la natalité en France, « au plus bas depuis 1945, avec seulement 740 000 naissances » en 2020. Une baisse confirmée par les premiers chiffres de 2021, alors qu’il existe « un décalage significatif entre le nombre d’enfants désiré par les couples et la réalité ».

Pour les signataires de la proposition de loi, la crise économique et sanitaire liée au Covid-19 n’est pas la seule explication de ces chiffres. Ils déplorent le sacrifice de la politique familiale « sur l’autel d’une vision à court-terme, comptable et égalitariste ». « La politique familiale n’est pas un « coût« , affirment-ils, mais un pari sur l’avenir ; elle n’a pas un rôle de redistribution sociale mais d’incitation à la natalité, en maintenant le niveau de vie des familles qui élèvent des enfants, et ce pour garantir le renouvellement des générations. »

La proposition de loi comprend 12 articles recommandant différentes mesures essentiellement d’ordre économique afin de relancer la natalité : revalorisation des allocations familiales, indemnité de congé parental ou encore réduction d’impôts figurent parmi les propositions. Le premier article, symbolique, veut quant à lui faire de la natalité une « Grande cause nationale » et « affirmer l’attachement de la nation au caractère universel, obligatoire et solidaire de la prise en charge du soutien aux familles, assurée par la Sécurité sociale ».

Ces préoccupations seront-elles entendues par le Gouvernement ? De son côté, l’Italie vient d’approuver le versement d’une allocation pouvant atteindre 250 euros par mois et par enfant, à partir du 7e mois de grossesse et jusqu’aux 21 ans de l’enfant [2]. Un effort auquel 20 milliards d’euros ont déjà été alloués qui seront distribués dès le 1er juillet prochain.

[1] Isabelle VALENTIN, Laurence TRASTOUR‑ISNART, Jean‑Marie SERMIER, Emmanuel MAQUET, Alain RAMADIER, Thibault BAZIN, Didier QUENTIN, Jean‑Luc BOURGEAUX, Marc LE FUR, Stéphane VIRY, Bernard PERRUT, Fabrice BRUN, Fabien DI FILIPPO, Bérengère POLETTI, Claude de GANAY, Pierre VATIN, Jean‑Luc REITZER, Michel HERBILLON, Guillaume PELTIER, Martial SADDIER, Éric PAUGET, Éric CIOTTI

[2] Ouest France, Caroline Bordecq (08/04/2021)

Photo : iStock

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...