Des chercheurs alertent sur les risques de la « FIV à trois parents »

Publié le : 24 septembre 2013

 Dans un article publié la semaine dernière dans la revue Science, des chercheurs alertent sur une technique de procréation médicalement assistée plus couramment appelée la « FIV à trois parents » (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 1er février 2012). Uniquement autorisée pour la recherche en laboratoire en Grande-Bretagne, le gouvernement britannique a récemment donné son feu vert à l’ouverture d’un débat au Parlement pour que la « FIV à trois parents » puisse être utilisée par les couples (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 1er juillet 2013). 

 

Pour parvenir à la conclusion que cette nouvelle technique de fécondation in vitro (FIV) présentait de nombreux risques, les chercheurs, d’Europe, des Etats-Unis et d’Australie, se sont basés sur diverses études révélant précisément ses effets néfastes chez des singes, des souris ou encore certaines espèces de mouches. Ainsi, il s’avère que lorsque des essais de cette technique ont été effectués, certains animaux ont vu leur capacité respiratoire et d’apprentissage réduites, mais aussi des problèmes de fertilité et de vieillissement. 

 

Damian Dowling, biologiste australien à l’Université de Melbourne, co-auteur de la publication, précise que cet article a pour objectif d’attirer l’attention des autorités sur ces études afin qu’une discussion éclairée ait lieu, avant que la « FIV à trois parents » ne soit autorisée. 

<p> Bioedge (Xavier Symons) 21/09/2013 - theaustralian.com (John Ross) 20/09/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres