Des cellules génétiquement modifiées pour réparer le cœur

Publié le 12 Déc, 2007
Selon une étude publiée dans Nature, la greffe de cellules cardiaques (cardiomyocytes) embryonnaires chez des souris ayant eu des infarctus permet de réduire le nombre de morts causées par un trouble du rythme cardiaque.

 

Les cardiomyocytes embryonnaires étant peu disponibles et peu accessibles, les chercheurs ont génétiquement modifié des cellules de muscles ordinaires (myoblastes squelettiques) afin qu’elles produisent la protéine “connexine 43”, présente dans les cardiomyocytes embryonnaires. Injectées, ces cellules ont donné d’aussi bons résultats que les cellules cardiomyocytes embryonnaires. Ces cellules adultes transformées présentent l’avantage de pouvoir réaliser une autogreffe, sans risque de rejet, contrairement aux cardiomyocytes embryonnaires.

 

Avant d’envisager une application humaine, les chercheurs devront, entre autres, vérifier l’innocuité des cellules génétiquement modifiées.

Cyberpresse.ca 05/12/07 – BBC News 06/12/07 – Nouvel Obs.com 10/12/07 – Le Quotidien du Médecin (Elodie Biet) 10/12/07 – BE Allemagne 13/12/07

Partager cet article

Synthèses de presse

"Aide médicale à mourir" : débat au Parlement britannique
/ Fin de vie

“Aide médicale à mourir” : débat au Parlement britannique

Les députés britanniques ont débattu sur la légalisation de l'"aide à mourir" pour les "adultes mentalement compétents et en phase ...
02_google
/ IVG-IMG

Avortement : Google supprime les données de localisation

Google prévoit de supprimer automatiquement les données de localisation des utilisateurs en cas de visite dans une « clinique spécialisée ...
piglet-1639587_960_720
/ Don d'organes

Xénogreffe : des précisions sur la greffe cardiaque réalisée en janvier

L’autopsie du patient est détaillée dans un article publié le 22 juin. Les chirurgiens espèrent lancer un essai clinique ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres