Des banques de cellules souches adultes pour la médecine régénérative de demain

Publié le 19 Sep, 2013

 La société française Cellectis, un groupe industriel spécialisé dans l’ingénierie des génomes et dans le domaine des cellules souches, vient de lancer “Scéil”, un service qui permet au grand public de stocker des cellules souches pluripotentes induites (iPS) générées à partir de cellules souches adultes de peau. L’objectif : “bénéficier en tant que de besoin des futurs traitements de médecine régénératrice dès qu’ils seront disponibles“. Cette offre inédite, annoncée par Cellectis le 8 juillet 2013, est proposée en Suisse, à Dubaï, à Singapour et aux Etats-Unis, consiste à prélever, aux personnes qui se présentent, un échantillon de peau à partir duquel pourront être obtenues les cellules iPS suivant la technique issue des travaux du Professeur Shinya Yamanaka, Nobel de médecine 2012 (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 8 octobre 2012). Cela permet à ces personnes de disposer de cellules pluripotentes (permettant de donner n’importe quels tissus de l’organisme) issues de ses propres cellules, afin de réparer ses organes ou tissus endommagés, en évitant tous risques de rejets. Il s’agit là d’anticiper l’essor de la médecine régénérative, qui selon André Choulika, président directeur général de la société Cellectis, aura lieu dans les cinq prochaines années.
L’intérêt de l’offre de Cellectis est donc de prélever des cellules à “un stade précoce et sain” afin d’obtenir les “meilleures cellules souches” possibles. Cette proposition n’est pas gratuite, elle s’élève à 60 000 dollars, ainsi qu’une cotisation annuelle d’un montant de 500 dollars à partir de la troisième année de conservation. De tels montant se justifient par “le compliqué procédé” requis, explique André Choulika: “les cellules souches seront stockées dans l’azote liquide à -180° Celsius dans trois banques […] situées à Singapour, à Dubaï et en Suisse“. Trois lieux dans différentes régions du monde pour assurer une meilleure sauvegarde et prévenir “les tremblements de terre, ou autres problèmes imprévus“.

 

C’est une fierté pour nous d’être les premiers au monde à mettre à la disposition du grand public l’avancée scientifique majeure que représente la technologie iPS. Scéil représente une réelle opportunité économique qui s’inscrit dans l’immense champ des progrès à venir en matière de médecine régénératrice” se félicite André Choulika. Il insiste aussi sur l’éthique de leur proposition qui ne soulève pas de questions éthiques contrairement à l’utilisation des cellules souches embryonnaires, rappelant que “les cellules obtenues […] ne sont pas des cellules embryonnaires, elles sont simplement similaires aux cellules souches embryonnaires“.
 
 

 France24.com (Dhananjay Khadilkar) 28/08/2013 – telegraph.co.uk (Andrew Cave) 09/09/2013

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres