Débat autour de l’éthique médicale

Publié le : 23 décembre 2002

En septembre dernier, le Dr Jean-Luc Chagnon était accusé d’entrave à la liberté d’autrui dans le cadre de la loi du 4 mars 2002 pour avoir transfusé une patiente qui pourtant s’y était refusé. Cette dernière, adepte de la secte des témoins de Jéhovah avait saisi le tribunal administratif de Lille en référé pour "atteintes eux libertés fondamentales".(cf revue de presse du 06/09/02)
Le docteur  JL Chagnon et Véronique Fournier qui dirige le Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin reviennent sur cette affaire et rappellent quelques règles à appliquer dans des situations similaires.
En premier lieu, il s’agit de vérifier le degré de liberté du patient face à cette décision ainsi que de vérifier s’il ne fait pas l’objet de pression vis à vis de son entourage.
La deuxième règle à respecter serait de vérifier la qualité des informations qui lui sont données : informations médicales et informations quant aux arguments qui sous-tendent la position de son entourage.
Enfin troisième règle : faire en sorte que la décision ne vienne pas d’un médecin isolé mais avoir recours à des avis extérieurs.
Après avoir analysé en fonction de ses critères, l’affaire des témoins de Jéhovah, les 2 praticiens souhaitent que dans ce genre de débat ce ne soit pas la Justice qui tranche et qu’elle ne condamne ni l’une ni l’autre des parties.
Pour eux, il faut avoir recours à ce qu’il convient d’appeler l’éthique médicale c’est à dire prendre en compte chaque situation particulière, s’attacher à identifier les valeurs qui s’affrontent, vérifier que les règles qui sont aussi des règles éthiques aient bien été respectées, et promouvoir la compréhension des arguments d’autrui.

Le Monde 21/12/02

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres