De plus en plus de couples ont recours aux FIV

Publié le 28 Avr, 2008

Le Figaro revient sur l’étude menée par Henri Leridon et Rémy Slama de l’Inserm, sur le recours de plus en plus fréquent aux méthodes de procréation médicalement assistée (PMA), lié au recul de l’âge de la première maternité (cf. Synthèse de presse du 25/04/08).

Alors qu’un couple sur cinq pourrait bientôt être concerné, rappelons que les fécondations assistées restent des techniques difficiles à supporter pour les femmes. Elles représentent par ailleurs un surcoût important pour la société et des risques de naissances d’enfants très prématurés. Ces résultats sont publiés dans la revue Human Reproduction d’avril.

Depuis une quinzaine d’années, les chercheurs constatent une détérioration de la fertilité masculine dans les pays industrialisés qui serait liée aux facteurs chimiques. Il pourrait en résulter une baisse de 15% de la fécondabilité des couples, c’est à dire la capacité mensuelle pour un homme de concevoir. Du côté des femmes, elles ont aujourd’hui leur premier enfant vers 28-29 ans alors que dans les années 1970, c’était autour de 24 ans.

En tenant compte de ce facteur de fécondabilité pour les hommes et d’un désir de grossesse retardé de 30 mois, voire de 69 mois (près de six ans) par rapport à une valeur initiale de 25,1 ans des filles en 1968, les chercheurs ont montré que "le nombre d’enfant par femme passerait de 2,00 à 1,92 si la fécondabilité diminuait de 15%, et il ne serait que de 1,77 si toutes les femmes reportaient leur première tentative de grossesse de 6 années. L’âge moyen à la maternité serait alors de 33 ans".

Par ailleurs, ces techniques de PMA perdent de leur efficacité dès 35 ans et, à 41 ans, il est recommandé en France d’arrêter les fécondations in vitro. Les chercheurs concluent : "avant 35 ans soyez patients, après 35 ans devenez impatients."

Le professeur François Olivennes, expert en procréation médicalement assistée, rappelle, dans un ouvrage intitulé "N’attendez pas trop longtemps pour avoir un enfant", que le temps de la fertilité réelle durant lequel la femme peut avoir des enfants est plus court que la période durant laquelle la femme a des cycles menstruels. "La fertilité est optimale jusqu’à 36 ans, puis elle décroit progressivement jusqu’à la quarantaine pour chuter dangereusement à partir de 40 ans…". Pour lui,  "il faut lancer des campagnes […] rappelant que les femmes doivent penser à faire des enfants avant 40 ans si elles en veulent".

Le Figaro (Catherine Petitnicolas) 28/04/08

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres