De la sélection des embryons à l’ « homme augmenté » ?

Publié le : 24 mars 2011

Sur son blog, le biologiste Jacques Testart évoque le vieux "fantasme de dépassement de la condition humaine" tel que les transhumanistes le promeuvent (Cf. Synthèse de presse du 03/03/11).

    La volonté d’augmenter la performance humaine, qui a toujours existé, "n’est pas seulement un rêve […] c’est aussi un champ infini pour créer des besoins et leur apporter des solutions", un secteur bien plus rentable que ceux des industries classiques. On peut observer trois familles de propositions pour augmenter les capacités humaines naturelles. Les premières, les plus "classiques" concernent les dispositifs externes permettant d’obtenir "un accès inédit à l’information, la communication, à tout moment et partout" (téléphone, ordinateur).
    Viennent ensuite les vraies prothèses, celles qui sont directement intégrées au corps. Leur développement s’appuie sur le domaine médical destiné à pallier le handicap dans une visée de "normalisation" et de "performance".
    Le dernier ensemble de propositions, mises en avant par les transhumanistes, vise des propriétés héritables, lorsque la nouvelle faculté intégrée, devenue indissociable de l’organisme, pourra  être transmise à la descendance. Cette volonté d’aboutir à "un changement d’espèce" montre la gravité des projets transhumanistes, portés par un certain nombre de chercheurs puissants et reconnus aux USA. Ceux-ci vont jusqu’à promettre la construction, à partir de molécules inertes, d’organismes vivants totalement inédits et capables de s’auto-reproduire. Les projets transhumanistes sont marqués par la démesure et une véritable déculturation.

    Au-delà de ces promesses délirantes, certaines techniques dont la faisabilité est acquise apparaissent comme des solutions plus probables pour satisfaire cette volonté d’augmenter les performances humaines. "Il faudrait craindre la sélection des humains au stade embryonnaire (diagnostic préimplantatoire) plus que des manipulations élitistes et hasardeuses dont celles qui passent par la perpétuation des "meilleurs" d’entre nous (clonage) ou par l’amélioration dans l’oeuf (humains génétiquement modifiés)".

jacques.testart.free.fr

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres