Davantage de maladies immunitaires chez les adultes nés d’un don de sperme ?

Publié le : 25 septembre 2020

Une première étude pointe les risques de santé chez les adultes conçus à l’aide d’un don de sperme. Ceux-ci auraient « une fréquence plus élevée d’allergies, de diabète de type 1 et d’autres maladies auto-immunes ». L’étude a été menée par le Caring Futures Institute de l’université Flinders. Elle a été publiée dans le Journal of Developmental Origins of Health and Disease.

Cette étude analyse les données de santé de 272 adultes conçus avec un donneur de sperme, originaires de plusieurs pays, ainsi que celles de 877 personnes conçues naturellement. La plupart des maladies présentent sensiblement la même occurrence dans les deux groupes. « Cependant, les adultes conçus par don de sperme présentaient sept fois plus de diagnostics de diabète de type 1 que les adultes conçus naturellement, ainsi qu’une incidence deux fois plus élevée de maladies thyroïdiennes, de bronchites aiguës et d’apnée du sommeil, et une incidence de 45 % d’allergies, contre 35 % dans la population conçue naturellement ». D’après le chercheur Damian Adams qui a dirigé l’étude, toutes ces maladies ont en commun une défaillance immunologique, « ce qui laisse suggérer une altération de leur système immunitaire ».

Son hypothèse est que cette altération est liée au taux d’éclampsies maternelles plus élevées après une conception avec donneur de sperme. « La prééclampsie est une maladie extrêmement grave qui est transmise par le système immunitaire. Des recherches ont montré que les enfants nés d’une grossesse compliquée par la prééclampsie ont des profils épigénétiques modifiés, y compris des liens avec un système immunitaire altéré ».

 

Source : Medical Press, Megan Andrews, Flinders University (24/09/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres