Costa Rica: l’interdiction de la fécondation in vitro fait débat

Publié le : 28 mai 2013

Au Costa Rica, la fécondation in vitro (FIV) est interdite depuis une sentence de la Cour Suprême du 15 mars 2000 qui a déclaré inconstitutionnel le décret règlementant ces techniques. En 2011, à la suite du rejet par l’assemblée législative d’un projet de loi visant à réintroduire ces techniques de FIV, des couples ont introduit un recours contre l’Etat. L’affaire a finalement été portée devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme qui a rendu son jugement le 28 novembre 2012: le Costa Rica a été condamné pour avoir interdit la procréation in vitro. 

 

Cette condamnation a fait réagir des médecins, philosophes, biologistes et juristes, qui ont souhaité effectuer une analyse de ce jugement, et rédigé la « Déclaration de Guanajuato« , rendue publique le 20 avril dernier. Ils relèvent, dans cette sentence, « des erreurs tant scientifiques que juridiques », et « les soumettent donc à l’attention de la communauté internationale« . Ils soulignent notamment que « l’argument selon lequel […] l’implantation termine le cycle de la conception [n’est pas correct] » [car] « la fécondation in vitro est une pratique qui montre que le développement de l’embryon commence par la fécondation« . 

 

Dans ce pays, fortement attaché à la défense des droits des handicapés et où l’avortement est interdit, le jugement de la Cour a suscité des réactions. Le quotidien national, Diario Extra, a « condamné les pressions exercées sur le pays par la Cour internationale pour que soit introduites ces techniques […]« . 

 

Le président de la conférence épiscopale et archevêque de San José, Mgr Hugo Barrantes Urena, a rappelé que  » [la fécondation in vitro] est une technique qui, pour arriver à ses fins, élimine dans son processus un grand nombre d’embryons fécondés, c’est-à-dire des vies humaines à naître« . 

 

Enfin, la procureur de la République, Ana Lorena Brenes, a mentionné: « l’embryon a droit à la vie et nous sommes surpris d’avoir été condamnés pour protéger son existence« . 

<p> Zenit 27/05/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres