Corée du Sud : l’avortement en plein vide juridique

Publié le : 4 janvier 2021

En Corée du Sud, la Cour constitutionnelle avait « jugé l’interdiction de l’IVG contraire à la Constitution » en 2019 et laissé au gouvernement jusqu’au 31 décembre 2020 pour modifier la législation. Le délai expiré, la loi criminalisant l’avortement est supprimée, mais aucun autre texte n’a été voté. Un amendement présenté en octobre n’a pas eu de suites (cf. Corée du Sud, avorter ou donner la vie ?). Une situation de « vide juridique » qui, de fait, « décriminalise totalement » l’avortement. Plusieurs propositions de loi seraient cependant en préparation, pour tenter de poser des limites. La société d’obstétrique et de gynécologie a également statué que « pour protéger la sécurité des femmes, l’avortement ne sera pratiqué qu’avant dix semaines de grossesse ». Enfin, la clause de conscience des médecins fait débat et nécessiterait un cadre juridique.

Source : La Croix, Nicolas Rocca (4/01/2021)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres