Confinement et soins palliatifs : un premier bilan

Publié le : 2 septembre 2020

La Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) tient ses jours-ci son congrès annuel à Strasbourg. L’occasion d’échanger sur les effets de la crise du Covid pour les équipes de soins palliatifs, et d’ « avancer quelques pistes pour faire face à une éventuelle nouvelle épidémie ».

Quelle que soit l’intensité de l’épidémie dans leur région, les équipes de soins palliatifs ont dû faire face aux mêmes « difficultés et tensions » éthiques, avec la « fermeture des EHPAD et l’arrêt des interventions extérieures dans les services hospitaliers ». Ainsi « les équipes mobiles étaient prêtes à aller en EHPAD, mais elles ont reçu l’instruction de ne pas le faire ». Des instructions « pas toujours bien vécues » observe le président du conseil scientifique de la SFAP, le docteur Vincent Morel. De même en ce qui concerne les directives en matière de toilette mortuaire : « ubuesque ».

Toutefois, « nous n’avons finalement pas effectué autant de pratiques sédatives que ce que nous craignions au début », relève-t-il.

En outre, ces difficultés ont été source de créativité : création de lignes téléphoniques d’astreinte en soins palliatifs, diffusion de fiches urgence-pallia à visée des urgentistes, appels des services à l’initiative des équipes mobiles à l’inverse des pratiques habituelles.

A l’avenir, et dans un contexte similaire, la « priorité est de maintenir une relation humaine directe avec les patients », conclut le docteur Vincent Morel ; « si la télémédecine est rentrée dans les pratiques de soins palliatifs avec le Covid-19, elle ne doit pas se substituer aux liens avec les patients. Elle ne doit rester qu’une « modalité » ».

 

Source : Hospimédia, Jérôme Robilliard (01/09/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres