Condamnation du ”tourisme de transplantation”

Publié le 29 Août, 2008

Plusieurs sociétés savantes médicales impliquées dans la pratique des greffes d’organes viennent de condamner le "tourisme de transplantation", qui représenterait 10% de l’ensemble des transplantations rénales pratiquées dans le monde.

150 représentants gouvernementaux et responsables médicaux et scientifiques ont rédigé en mai dernier la "Déclaration d’Istanbul sur le trafic d’organes et le tourisme de transplantation", à l’initiative de la Société internationale de transplantation (TTS) et de la société internationale de néphrologie. Rappelons que ce "tourisme de transplantation" voit des personnes souffrant d’insuffisance rénale en quête d’un rein et des chirurgiens greffeurs effectuer des transplantations aux dépens de personnes le plus souvent très pauvres et acceptant de vendre l’un de leurs reins. Selon les pays, les "cours" varient. Un donneur de rein en Afrique du Sud touchera 700 dollars (470 euros), somme qui pourra monter jusqu’à 30 000 dollars (20 200 euros) aux Etats-Unis. Les intermédiaires se rémunèrent largement.

Certains réseaux sont bien identifiés comme celui des Brésiliens qui vont se faire prélever un rein en Afrique du Sud, pour qu’il soit greffé sur des malades Israéliens.

"On commence heureusement, progressivement, à accepter l’idée, à l’échelon international, que les organes humains ne sont pas des pièces détachées, que nul ne peut mettre un prix sur un organe destiné à sauver une vie", explique le docteur Luc Noël, coordinateur de l’unité "procédures cliniques" à l’OMS.

L‘origine de ce trafic provient de la forte demande de greffons – certains parlent de "pénurie" – dans les pays industrialisés. En France, plus de 13 000 malades sont en attente d’une greffe d’organe.

Par ailleurs, les spécialistes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargés de la lutte contre les trafics d’organes humains se sont félicités des efforts de la Chine, des Philippines et du Pakistan dans ce domaine.

Le Monde (Jean-Yves Nau) 23/08/08

Partager cet article

Synthèses de presse

"Aide médicale à mourir" : débat au Parlement britannique
/ Fin de vie

“Aide médicale à mourir” : débat au Parlement britannique

Les députés britanniques ont débattu sur la légalisation de l'"aide à mourir" pour les "adultes mentalement compétents et en phase ...
02_google
/ IVG-IMG

Avortement : Google supprime les données de localisation

Google prévoit de supprimer automatiquement les données de localisation des utilisateurs en cas de visite dans une « clinique spécialisée ...
piglet-1639587_960_720
/ Don d'organes

Xénogreffe : des précisions sur la greffe cardiaque réalisée en janvier

L’autopsie du patient est détaillée dans un article publié le 22 juin. Les chirurgiens espèrent lancer un essai clinique ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres