Compromis européen sur la recherche sur les cellules souches embryonnaires

Publié le 26 Juil, 2006

Après des discussions difficiles, le Conseil des ministres est parvenu à un accord, lundi 24 juillet, sur le financement européen de la recherche sur les cellules souches embryonnaires (cf Revue de presse du 25/07/06). Le 7ème Programme-cadre de recherche et de développement (PCRD) devrait donc être adopté. Le projet sera examiné en deuxième lecture par le Parlement à l’automne.

La décision du Conseil des ministres dit premièrement qu’il est interdit au chercheur de supprimer l’embryon humain pour en extraire les cellules souhaitées. Mais en second point, elle affirme que le chercheur peut avoir recours à des lignées de cellules produites par d’autres. Il est aussi précisé que le clonage humain à des fins reproductrices, la création d’embryons uniquement dans des buts de recherche et les activités visant à modifier de façon importante l’héritage génétique des êtres humains seront exclus des financements communautaires.

La Pologne, l’Autriche, Malte, la Slovaquie et la Lituanie ont rejeté cette proposition, refusant de "battre en brèche les principes d’éthique les plus fondamentaux" selon le ministre polonais Michal Sewerynski. La Grande-Bretagne, la Suède, l’Espagne, le Portugal et la France, ont, eux, plaidé pour ce projet. "On ne peut pas imaginer que l’Europe prenne du retard" a déclaré François Goulard, ministre français de la recherche. L’Allemagne, l’Italie, la Slovénie et le Luxembourg ont finalement accepté ce qu’ils considèrent comme un compromis.

Le compromis porte sur les modalités de recherche sur les cellules souches embryonnaires. Sous la pression de l’Allemagne qui interdit à ses chercheurs de créer de nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires, la Commission européenne s’est engagée à ne pas présenter de programme de recherche impliquant la destruction d’embryons humains.

Dans Zenit, Mgr Sgreccia, président de l’Académie pontificale pour la Vie, revient sur la décision du Conseil des ministres. Cette mesure interdit au chercheur de supprimer l’embryon humain pour en extraire les cellules souhaitées. Mais elle précise que ce chercheur – ou d’autres chercheurs – peut avoir recours à des lignées de cellules produites par d’autres : d’autres qui ont, naturellement, supprimé des embryons – qu’ils soient ou non issus de fécondations artificielles, mais de toute façon des embryons vivants – et qui à partir de ces embryons ont produit des lignées de cellules ensuite commercialisées. "On établit donc une convergence d’intérêts entre celui qui vend et prépare les lignées de cellules et celui qui achète" note Mgr Sgreccia. Enfin, cette décision prévoit que l’on peut établir des protocoles de recherche visant à utiliser les embryons déjà congelés qui ne peuvent plus être implantés, après avoir constaté la mort des embryons. Mgr Sgreccia souligne que : "pour vérifier la mort de ces embryons congelés, il est nécessaire de les décongeler, processus au cours duquel certains meurent". "On ne voit donc pas comment il est possible d’emprunter cette voie sans provoquer des suppressions d’embryons" a-t-il conclu, relevant "l’hypocrisie, la discordance, d’une décision au caractère contradictoire".

Le Vatican a lui aussi dénoncé cet accord jugé "macabre". Libération cite L’Osservatore Romano, journal officiel du Vatican : "Les mêmes phrases, les mêmes concepts sont repris par ceux qui sont ponctuels à leur rendez-vous macabre lorsqu’il s’agit de supprimer la vie. Le discours non plus n’a pas changé : au temps du divorce, on parlait d’entrer dans un "espace de progrès" ; pour l’avortement, on a préféré […] brandir un obscur "progrès de la civilisation", comme si la civilisation pouvait progresser en tuant  un être vivant auquel on ne reconnaît aucun droit".

 

Zenit 25/07/06 – Libération 26/07/06 – Le Monde (Philippe Ricard) 26/07/06 – Le Figaro 26/07/06

Partager cet article

Synthèses de presse

« Aide active à mourir » : de la « solution technique » à la « norme sociale » ?
/ Fin de vie

« Aide active à mourir » : de la « solution technique » à la « norme sociale » ?

"Au nom de la recherche de l’efficacité", chaque problème, y compris la mort, devrait recevoir une "solution technique" ? ...
« Transition de genre » : le mineur apte à consentir ?
/ Genre

« Transition de genre » : le mineur apte à consentir ?

"Le mineur dont le corps est sain et auquel on propose un parcours médical, est-il en capacité d’appréhender ce que ...
Embryons congelés : un risque plus élevé d’hypertension artérielle
/ PMA-GPA

Embryons congelés : un risque plus élevé d’hypertension artérielle

Selon une étude, la FIV avec transfert d’embryons congelés augmenterait le risque d’hypertension artérielle de 74% ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres