Choisir sa contraception ? Pas avec un handicap

Publié le : 22 avril 2020

Au Royaume-Uni, une décision de justice a contraint une femme souffrant de troubles de l’apprentissage à recevoir un dispositif contraceptif.

 

Après avoir donné naissance à plusieurs enfants, et à nouveau enceinte, la jeune femme souffrait « d’un certain nombre de problèmes de santé », et « de nouvelles grossesses pourraient constituer un risque important pour elle ». Ce qui a conduit le Oxford University Hospitals NHS Foundation Trust à demander à la Cour « de se prononcer sur la contraception utilisée ».

 

Bien que la jeune femme ait indiqué souhaiter une « contraception par injections trimestrielles », refusant l’implantation d’un « dispositif contraceptif », la juge Knowles a statué en faveur du dispositif, se rangeant à l’avis des médecins qui craignaient que la jeune femme « ne se présente pas aux rendez-vous pour les injections ».

 

« C’est mon corps et c’est ma vie », avait déclaré la jeune femme. « Je devrais pouvoir choisir. »

 

 

Pour aller plus loin :

Irlande : une femme handicapée contrainte à une injection contraceptive après la naissance de son 2e enfant

Une jeune femme handicapée mentale à qui un juge britannique avait ordonné d’avorter vient d’accoucher

La Cour de protection de Londres ordonne à une jeune femme handicapée mentale d’avorter

<p>BBC (21/04/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres