Chine : vers une remise en cause de la politique de l’enfant unique ?

Publié le : 28 avril 2010

Bien qu’officiellement attaché à la politique de l’enfant unique lancée il y a 30 ans, le gouvernement chinois a toutefois demandé, en 2009, que des études soient faites sur les conséquences d’un changement de politique. Selon des statistiques du Bureau américain du recensement, si le taux de fécondité reste de 1,5 enfant par femme, la population chinoise pourrait atteindre 1,4 milliards, avant de décliner : des prévisions de Wang Feng, démographe à l’Université de Californie, montrent qu’elle pourrait alors être réduite de moitié d’ici la fin du 21e siècle. Même si un déficit de population reste peu probable dans ce pays de 1,3 milliards d’habitants, la baisse démographique annoncée pourrait entraîner un déséquilibre entre les générations actives et la population vieillissante. Pour Wang Feng, la tranche d’âge des 20-24 ans – qui représente aujourd’hui 124 millions de personnes – pourrait diminuer de moitié pendant que la proportion des personnes de plus de 60 ans devrait passer de 12% à 17% de la population totale. Un tel déséquilibre pourrait influer sur l’actuel croissance économique du pays. L’autre effet dangereux de la politique de l’enfant unique concerne le ratio hommes-femmes à la naissance, qui était de 119 garçons pour 100 filles en 2009. Les experts prévoient que les Chinois auront des difficultés à trouver une épouse et que ce déséquilibre peut nourrir un trafic de femmes (Cf. Synthèse de presse du 05/03/10).  Enfin, des raisons économiques expliqueraient aussi que la population ne souhaite pas avoir plus d’enfants : une étude menée par l’Académie chinoise des sciences sociales sur 18 638 femmes a montré que 69% des femmes autorisées à avoir un deuxième enfant ne le voudrait pas, principalement pour des raisons financières. Zheng Zhenzhen, le directeur de cette étude, pense que "le contrôle gouvernemental n’est plus nécessaire pour maintenir un taux de fertilité bas" et qu’ "un assouplissement soigneusement planifié de la politique de contrôle des naissances en Chine ne mènera probablement pas à un baby-boom indésirable". Des changements graduels seront apportés dans les 5 années à venir estime Xie Zhenming, de l’Association de la population chinoise, tout comme Susan Greenhalgh, professeur d’anthropologie à l’université de Californie, qui prévoit que la politique de l’enfant unique sera "progressivement démantelée" jusqu’à ce qu’on découvre un jour que "ce n’est plus une politique de l’enfant unique".

Canoe.com (Alexa Olesen) 26/04/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres