Chine : un ”tourisme des transplantations”

Publié le 20 Avr, 2006

Stephen Wigmore, un chirurgien britannique, a dénoncé hier dans un communiqué la “commercialisation” en Chine des organes de prisonniers exécutés. Il  “condamne cette activité inacceptable”  car, explique-t-il, elle est effectuée sans le consentement des défunts ou de leur famille et parce qu’elle est contraire à la morale professionnelle et aux droits de tout être humain sur l’utilisation de son corps après la mort.

 

Il existe, selon lui, “une accumulation de présomption concordante” sur ces pratiques. Il a constaté que de plus en plus  de patients britanniques en attente de greffe se tournaient vers la Chine pour trouver un organe. Or, la rapidité avec laquelle les organes compatibles sont détectés implique, selon lui, que les prisonniers sont exécutés à la commande.

 

Il existe en Chine de plus en plus de sociétés spécialisées dans les prestations de santé qui monnayeraient leurs services aux patients étrangers. Un foie ou un coeur serait ainsi commercialisé pour 63 000 livres. Il existe cependant peu de preuve de ces exécutions sur commande mais l’apparition d’un “tourisme des transplantations” est indéniable.

 

Pékin a reconnu que des organes ont pu être prélevés sur des prisonniers condamnés à mort et exécutés, mais “avec leur autorisation”. Les autorités affirment avoir pris des mesures fin mars pour encadrer la pratique des transplantations. A partir du 1er juillet, la vente et l’achat d’organes seront interdits et les “donneurs” devront consentir au prélèvement de leurs organes.

Le Figaro (Jacques Duplouich) 20/04/06

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres