Cellules souches embryonnaires humaines : l’Etat de New-York stoppe les recherches

Publié le 20 Avr, 2021

L’Etat de New-York a mis fin au financement de son programme scientifique sur les cellules souches (NYSTEM[1]), « un des seuls programmes d’État des États-Unis consacré exclusivement à ce domaine scientifique ». Cette décision a été entérinée par le budget 2022 signé par le gouverneur Andrew Cuomo, qui entrera en vigueur le 1er mai. Ainsi, le financement de nouveaux projets est interrompu mais les contrats existants seront honorés. L’Etat a indiqué vouloir concentrer son effort sur « sa mission principale, à savoir fournir des services directs et obtenir des résultats en matière de santé pour tous les New-Yorkais ».

Un programme pour travailler sur l’embryon humain

Le NYSTEM avait été créé en 2007 sous l’égide de David Paterson, précédent gouverneur de l’Etat, qui avait alors indiqué qu’il s’agissait de « l’une de ses principales priorités ». À l’époque, le président George W. Bush avait limité les types de cellules souches embryonnaires humaines que les chercheurs financés par les Instituts nationaux de la santé des États-Unis (NIH) pouvaient étudier. Une des raisons de la création du NYSTEM était de passer outre ces limites. Barack Obama avait quant à lui assoupli les restrictions fédérales en 2009, laissées ensuite inchangées par Donald Trump.

Le Congrès ayant interdit « l’utilisation de fonds de recherche fédéraux pour des expériences impliquant la création, la modification génétique ou la destruction d’embryons humains » depuis 1995, le NYSTEM est devenu l’une des seules sources à financer les recherches de ce type. Le programme a notamment subventionné les travaux du biologiste Dieter Egli sur le transfert mitochondrial, à savoir « la création d’embryons humains à partir du matériel génétique de deux mères et d’un père ».

A l’origine, le programme de l’Etat de New-York prévoyait 600 millions de dollars sur 11 ans. En Californie, ce sont 3 milliards de dollars qui ont alimenté l’initiative de l’Etat créée en 2004 via un emprunt obligataire. Une initiative renouvelée à l’automne 2020 avec un montant cette fois de 5,5 milliards de dollars.

 

NDLR : Après 15 ans, l’Etat de New York reconnait que la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines n’a pas mené aux thérapies annoncées. Très peu d’essais cliniques ont été menés, et aucune thérapie n’a été approuvée par la FDA. Au contraire, la recherche sur les cellules souches adultes est florissante, et des thérapies utilisant des cellules souches pluripotentes induites sont testées dans des essais cliniques, notamment au Japon (cf. Cellules iPS et Parkinson : vers un essai clinique aux Etats Unis ?).

 

[1] New York State Stem Cell Science program

Source : Science, Sofia Moutinho (16/04/2021) – Photo : Pixabay

 

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...