Cellules embryonnaires humaines : doute sur les raisons de l’arrêt de l’essai de Geron

Publié le : 21 novembre 2011

Le 14 novembre 2011, le laboratoire Geron annonçait stopper le premier essai clinique utilisant des cellules souches embryonnaires humaines pour traiter des personnes paralysées à la suite d’un traumatisme au niveau de la moelle épinière (Cf. Synthèse de presse 16/11/11), invoquant de raisons financières aujourd’hui remises en doute par des spécialistes.

Le Pr Marc Peschanski, directeur de l’unité I-Stem au Génopole d’Evry regrette que l’abandon de cet essai "donne un mauvais signal aux investisseurs et aux pouvoirs public sur l’état des travaux sur les cellules souches alors que leur potentiel est encore très important". Il estime par ailleurs que l’essai entrepris par Geron comportait en lui-même de nombreuses difficultés.

De son côté, le Pr Alain Privat, de l’institut neurosciences de Montpellier, pense que les difficultés financières de Geron ne suffisent pas à expliquer l’arrêt de cet essai thérapeutique. Il affirme que "Geron aurait facilement trouvé des financements supplémentaires si son traitement avait montré qu’il était capable d’apporter des améliorations à l’état des patients atteints à la moelle épinière". "Je pense plutôt que le traitement a été arrêté, soit par manque d’efficacité, soit pour des problèmes de rejets ou de sûreté pour les patients", ajoute-t-il. Enfin, ce spécialiste de la moelle épinière estime que le type de cellules souches embryonnaires utilisées par les chercheurs américains sont "incapables de reconstruire les liaisons nerveuses sectionnées".

Le Figaro.fr (Cyrille Vanlerberghe) 17/11/11

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres