Cannabis thérapeutique : les « grandes réserves » de l’Académie de pharmacie

Publié le : 25 novembre 2020

Alors qu’un décret du mois d’octobre précisait les conditions des premières expérimentations du « cannabis thérapeutique » en France, l’Académie de pharmacie vient de faire part de « ses grandes réserves » sur cette règlementation qui va « à l’encontre des exigences règlementaires, éthiques et sécuritaires en matière de médicament ». En particulier la procédure dérogatoire mise en place pour l’usage de cannabis sous forme de médicament : ces produits ne seront pas soumis à des essais cliniques randomisés en double aveugle. Or ces essais, qui sont suivis d’une analyse de la commission de transparence de la Haute Autorité de santé sur le service médical rendu, permettent d’évaluer la balance bénéfices-risques des médicaments. Ils sont « indispensables » estime l’académie de Pharmacie, qui accuse le « manque de rigueur scientifique » de cette expérimentation. L’Académie rappelle également que « le cannabis a été retiré de la pharmacopée en 1953, en raison d’effets pharmacologiques faibles et de méfaits déjà reconnus ».

Le lancement de l’expérimentation est prévu au plus tard le 31 mars 2021. Trois milles patients seront concernés, sur une durée de 2 ans (cf. L’expérimentation française du « cannabis thérapeutique » commencera « avant mars 2021 »).

NDLR : L’Académie de pharmacie avait déjà alerté en juin 2019 sur ce sujet (cf. L’Assemblée vote en faveur d’une expérimentation française du cannabis thérapeutique).

Source : Ouest-France (24/11/2020) ; Hospimedia, Jérôme Robillard (25/11/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres