Canada : Objection de conscience et aide à mourir font débat

Publié le 29 Avr, 2020

L’hôpital St Paul à Saskatoon, au Canada, ne propose pas l’aide médicale à mourir. Les patients qui font ce choix « sont transférés vers d’autres établissements ». Alors que ce transfert a failli être remis en cause par l’épidémie de Covid-19, Jean Morrisson, présidente de l’hôpital et PDG d’Emmanuel Care qui en est le propriétaire, a dû s’expliquer.

 

La politique de l’hôpital sur ce sujet « est enracinée dans la croyance catholique que la vie est sacrée » a-t-elle déclaré. Ainsi les soins prodigués « ne prolongent pas la mort et ne la hâtent pas ». La présidente a également fait valoir que l’hôpital avait permis le développement de l’unique unité de soins palliatifs de la ville, ainsi qu’un hospice de 15 lits pour personnes en fin de vie, qui doit être terminé à l’automne.

 

L’hôpital a également fait l’objet de critiques pour avoir choisi de ne pas fournir l’aide médicale à mourir « alors qu’il reçoit des fonds publics ». Le gouvernement de la province a engagé « environ 4,8 millions de dollars » de financement pour l’hospice à ce jour.

 

Au Canada, la législation fédérale « adoptée en 2016 » permet aux adultes « admissibles » de demander une aide médicale à mourir, mais elle n’oblige pas les prestataires de soins de santé à la leur fournir.

 

 

Pour aller plus loin :

Canada : un établissement pour personnes en fin de vie refuse de proposer l’aide médicale à mourir. Il perd son financement public

CBC, Alicia Bridges (28/04/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

Une définition juridique de l’écocide ?
/ Tous les autres thèmes

Une définition juridique de l’écocide ?

Au terme de six mois de délibérations, un « comité d’experts indépendants », a publié une définition juridique de l’« ...
Erreur de diagnostic : Un couple irlandais indemnisé à la suite d’un avortement
/ IVG-IMG

Erreur de diagnostic : Un couple irlandais indemnisé à la suite d’un avortement

La Haute Cour de Dublin a étudié mercredi 23 juin, le montant des dommages-intérêts qui seront versés à un couple ...
Loi de bioéthique : "Examiner le texte aurait juste confirmé un troisième échec "
/ Loi de bioéthique

Loi de bioéthique : “Examiner le texte aurait juste confirmé un troisième échec “

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, confie le sentiment d’ "une occasion manquée" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres