Canada : contre la sélection des fœtus en fonction du sexe

Publié le : 17 janvier 2012

Le 16 janvier 2012,  le Canadian Medical Association Journal a proposé que l’on interdise aux médecins de révéler le sexe de l’enfant à naître avant la 30eme semaine de grossesse, ce qui permettraient d’éviter les avortements sélectifs des foetus féminins pratiqués essentiellement par certains groupes asiatiques.
Le Dr Rajendra Kale, rédacteur en chef du journal, a rappelé que connaître le sexe du fœtus est "médicalement sans importance" et que taire cette information pourrait être "un prix modeste à payer pour sauver des milliers de filles au Canada". Le médecin poursuit en écrivant que même si ce "foeticide" est moins important en Amérique du Nord qu’en Chine ou en Inde, "ce n’est pas une raison pour l’ignorer". Il cite des recherches montrant qu’une sélection en fonction du sexe existe au Canada dans les communautés d’origine indienne, chinoise, coréenne, vietnamienne et philippine. Par ailleurs, le recensement de 2000 révélait déjà des ratios déséquilibrés en faveur des garçons dans les familles asiatiques aux Etats-Unis.

S’il ne réclame pas une loi, le Dr Kale souhaiterait une décision collective de tous les "collèges" provinciaux, organismes professionnels de praticiens. Le médecin insiste : "Si le Canada est incapable de contrôler une pratique aussi répugnante, quel espoir peut-on avoir en Inde ou en Chine ?"

Cyberpresse.ca 16/01/12 - AFP (Michel Viatteau) 16/01/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres