Californie : un début de méfiance face aux OGM

Publié le : 6 mai 2004

Aux Etats-Unis, les premières cultures transgéniques datent de 1996. Aujourd’hui 80 % des cultures de soja et 70 % des cultures de coton et de colza sont génétiquement modifiées. Ces modifications génétiques visent surtout à rendre les cultures plus résistantes aux insectes et aux maladies ce qui leur permet de contenir moins de pesticides.

 

Aujourd’hui, on remarque une plus grande méfiance vis à vis des OGM. Ainsi, en Californie  57 % des électeurs du Comté californien de Mendocino viennent de voter contre toute culture de plantes transgéniques sur leur territoire. Il semblerait que les résultats des referendums attendus sur ce sujet dans d’autres comtés californiens, soit 20 % du territoire, soient similaires. Face à la montée des réticences envers les OGM en Californie, les industriels et investisseurs pro-OGM (Monsanto, DuPont) se sont rassemblés dans un groupement professionnel , « Croplife America » qui a déjà investi près de 1 million de dollars en actions d’information.

 

Au niveau national, l’Union of Concerned Scientists, association de scientifiques réservés vis à vis des OGM, annonce que 2/3 des 36 variétés traditionnelles de graines de soja, de maïs et de colza contiendraient des traces d’OGM. Margaret Mellon, directrice de la Food and Environment Program de l’USC, prévient « si l’on n’y prend pas garde, ce programme [d’exploitation de cultures transgéniques] causera un tort économique au pays, et peut être même un problème sanitaire« . D’autres scientifiques comparent la méfiance actuelle vis à vis des OGM à celle qui a accueilli l’arrivée de la pasteurisation ou de la congélation des aliments.

<p>Les Echos (Michel Ktitareff) 05/05/04 - Libération (Emmanuelle Richard) 08/05/04</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres