Californie : un an après la légalisation de l’aide médicale à mourir, plus de 500 prescriptions

Publié le 11 Juin, 2017

Une étude menée par Compassion and Choices un an après la légalisation du suicide assisté (cf. La Californie légalise à son tour l’aide médicale à mourir), a mis en évidence que plus de 500 personnes avaient obtenu une prescription de médicaments pour se donner la mort en Californie. Les statistiques officielles qui sont attendues, pourraient indiquer des chiffres plus importants encore.

 

Cependantune proportion très significative de professionnels de santé continue de refuser de pratiquer l’euthanasie.

 

Le Docteur Kheriaty, directeur de UC Irvine’s medical ethics program regrette que la loi n’exige pas un examen préalable chez un psychiatre. « Sans cela, les patients sont laissés sans aide suffisante au moment où ils sont le plus vulnérable ». Il ajoute : « Se sentiraient-ils différemment ou poursuivraient-ils une action différente s’ils estimaient avoir le soutien familial ou social ou le soutien des professionnels de la santé dont ils avaient besoin pour passer cette étape ? ». Le médecin se demande également si le manque d’accès à la santé mentale du patient et aux soins spécialisés pourrait jouer dans le choix de ce dernier.

BioEdge (10/06/2017)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres