Belgique : le nombre d’euthanasies en net augmentation depuis 2011

Publié le : 28 août 2014

En Belgique, selon un rapport de la commission fédérale de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie, adressé au Parlement, l’augmentation du nombre d’euthanasies déclarées « tend à s’accentuer nettement depuis 2011 ».

De 2 086 euthanasies en 2010-2011 – près de 3 par jours – les années 2012-2013 comptabilisent 3 239 euthanasies « ce qui correspond à une moyenne de 1619 morts demandées et accordées par an, soit 135 par mois ou encore 4 à 5 par jour », précise le site d’information belge lalibre.be.

 

Affections visées. En tête des affections à l’origine de ces demandes de mort, les cancers généralisés ou gravement mutilants (tumeurs malignes, leucémies, myélomes), dans 73% des cas. Suivent les affections neuromusculaires évolutives (sclérose en plaques, sclérose latérale amyotrophique ou encore maladie de Parkinson). Dans 5% des cas, et ce nombre est en net augmentation selon la Commission, « la gravité de l’état pathologique et les souffrances résulteraient de la coexistence de plusieurs pathologies incurables ». Enfin, les euthanasies pratiquées dans le cas d’affections n’entraînant pas le décès à brève échéance reste stable, 13%.

 

Populations concernées.  La plupart des euthanasies sont pratiquées chez des patients entre 40 et 79 ans. Mais depuis 2011 la part des euthanasies qui concernent des patients de plus de 79 ans augmente atteignant un tiers du total.

Cependant, ces chiffres ne reflèteraient pas complètement la réalité. La commission n’a aucun moyen de faire état du nombre d’euthanasies pratiquées « en douce », c’est-à-dire celles qui ne sont pas déclarées alors même que la loi l’exige. Il est donc impossible pour elle « de mesurer le nombre d’actes définitifs posés dans l’illégalité, ni si ces euthanasies non déclarées respectent les conditions posées par la loi ».

 

En 2012, précise Etienne Dujardin, coordinateur des Dossards jaunes, mouvement citoyen qui réclame un contrôle plus strict de l’euthanasie, « le Pr Wim Distelmans, coprésident de cette commission, a lui-même affirmé que près de la moitié des euthanasies étaient réalisées clandestinement en Belgique! ». Et d’ajouter : « Il n’y a jamais eu aucun signalement, par la commission de contrôle, de cas jugés non conformes à la loi. Ce qui est statistiquement étonnant, en comparaison de ce qui se passe aux Pays-Bas… Alors que les critères deviennent de plus en plus souples, on voit clairement qu’il y a une dérive! ». Mais selon Etienne Dujardin, « la société civile est en train de se lever », se référant ici aux deux récentes plaintes déposées contre le Pr Wim Distelmans « qui avait procédé, sans les prévenir, à l’euthanasie de leurs parents » (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 10/04/2014 et du 25/04/2014). 

<p>Lalibre.be (Annick Hovine) 27/08/2014 – Lefigaro.fr (Stéphane Kovacs) 28/08/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres