Axel Kahn et la recherche sur l’embryon

Publié le 20 Jan, 2009

Plusieurs courriers des lecteurs de La Croix reviennent sur l’article du quotidien sur l’audition d’Axel Kahn dans le cadre de la mission parlementaire sur la révision des lois de bioéthique (cf. Synthèse de presse du 10/11/08).

Pour l’un, les positions d’Axel Kahn sur la recherche sur l’embryon ne sont pas aussi "claires" que La Croix l’affirme : "en fait de clarté, Axel Kahn ne fait qu’illustrer une fois de plus le travers de bien des positions dites "bioéthiques" : on s’appuie sur des faiblesses de la législation en vigueur, face à des situations imprévues (que faire des embryons surnuméraires congelés ?…) ou des progrès technologiques (faisabilité du "bébé médicament", amélioration du diagnostic préimplantatoire…), pour proposer une nouvelle législation plus permissive, tout en prétendant que cela permettra d’encadrer les pratiques, d’éviter les excès…" Ce lecteur appelle "la république des droits de l’homme [à] défendre le premier de ces droits, celui sans lequel les autres ne sont rien : le droit à la vie de chaque être humain, de sa conception à sa mort naturelle".

Un autre courrier met en évidence les contradictions du discours d’Axel Kahn qui d’une part "dit que l’embryon mérite d’être reconnu dans sa singularité" et, de l’autre soutient la recherche sur l’embryon. "Comment peut-on continuer à faire des recherches sur cet être humain" que nous fûmes tous ?

Enfin, un dernier courrier demande au généticien de préciser "à quel moment et comment l’embryon devient un être humain". Soit celui-ci le fait avec précision et le législateur n’a plus à en débattre, soit il n’en est pas capable et "c’est le principe de précaution qui s’applique : l’embryon humain est à considérer, dès qu’il est perceptible, comme une personne humaine".

La Croix 20/01/09

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »
/ Genre

Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »

La WPATH a recommandé la prescription de « bloqueurs de puberté » et d’hormones du sexe opposé, sans attendre les conclusions ...
Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise
/ Don d'organes

Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise

Plusieurs mesures sont envisagées : augmenter les échanges transfrontaliers, le recours aux donneurs « marginaux » ou la généralisation du consentement présumé ...
Royaume-Uni : pas de hausse importante des suicides depuis la restriction des bloqueurs de puberté
/ Genre

Royaume-Uni : pas de hausse importante des suicides depuis la restriction des bloqueurs de puberté

Selon un rapport indépendant, le taux de suicide n'a pas fortement augmenté depuis que le NHS a restreint l'accès aux ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres