Avoir une mauvaise image de la vieillesse augmente le risque de démence

Publié le 7 Fév, 2018

Une étude, qui vient d’être publiée, montre que les personnes ayant une perception positive de la vieillesse, notamment de par leur culture, ont moins de risque d’être atteint de démence[1] à la fin de leur vie.

 

Levy et ses co-auteurs, Martin Slade et Robert Pietrzak  de la Yale School of Medicine, et Luigi Ferrucci, directeur scientifique de l’Institut national sur le vieillissement, ont étudié pendant quatre ans un groupe de 4765 personnes, âgés en moyenne de 72 ans, sans démence au début de l’étude. 26% des sujets étaient porteurs du gène APOE ε4[2].

 

L’étude a montré que parmi ces derniers, ceux qui avaient une perception positive du vieillissement présentaient un risque de 2,7 % de développer une démence, contre 6,1 % chez ceux qui en avaient une perception négative.

 

« Cela plaide pour la mise en place d’une campagne de santé publique contre l’âgisme, qui provoque une vision négative de la vieillesse », a déclaré l’auteur principal Becca Levy, professeur de santé publique et de psychologie

 

[1] La démence affecte principalement les personnes âgées ; elle est caractérisée par une perte de mémoire et une incapacité à effectuer des tâches.

[2] L’allèle E4 du gène APOE est connu comme étant le principal facteur de risque génétique de la forme sporadique (non-familiale, la plus fréquente) de la Maladie d’Alzheimer et ce principalement en cas d’homozygotie E4/E4.

Medical X Press (07/02/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres