Australie : le Queensland légalise l’euthanasie

Publié le 16 Sep, 2021

En Australie, le Parlement du Queensland a adopté mercredi soir une loi légalisant l’aide médicale à mourir. Soixante députés ont voté pour, trente contre et deux se sont abstenus, au terme de trois jours de débats.

Parmi les députés s’opposant à l’euthanasie, David Crisafulli a fait remarquer qu’on pourrait désormais demander l’aide médicale à mourir un an à l’avance, mais que les possibilités de soins palliatifs sont quasi inexistantes pour une personne ayant trois mois à vivre.

Le texte de loi autorise l’aide médicale à mourir pour toute personne ayant reçu un diagnostic de maladie grave ou dégénérative pouvant entrainer la mort dans les douze mois et causant des « souffrances intolérables ». Deux médecins doivent donner un avis favorable, et la personne doit réitérer trois fois sa demande, sur une période de neuf jours minimums. Les hôpitaux privés et les établissements de soins pour personnes âgées gérés par des organisations religieuses pourront refuser de pratiquer l’aide médicale à mourir.

La loi entrera en vigueur en janvier 2023. Le Queensland rejoint ainsi les Etats de Victoria, Australie-Méridionale, Tasmanie et Australie occidentale qui ont déjà légalisé l’euthanasie.

Sources : Brisbane Times, Felicity Caldwell et Matt Dennien (16/09/2021) ; The Guardian, Ben Smee (16/09/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Irlande : un couple de femmes reconnu comme « famille de deux mères »
/ PMA-GPA

Irlande : un couple de femmes reconnu comme « famille de deux mères »

Ranae et Audrey ont deux filles. Elles sont issues d’une « maternité partagée » ou ROPA (Réception d’ovule du partenaire) ...
57_justice_usa_16
/ IVG-IMG

USA : 12 Etats poursuivent en justice l’administration Biden au sujet de l’avortement

Le procureur de l’Ohio Dave Yost a intenté une action au sujet d'une règlementation sur l'avortement, devant le tribunal de ...
Une gynécologue devant le Conseil de l’Ordre pour sa prise en charge d’un jeune homme
/ Genre

Une gynécologue devant le Conseil de l’Ordre pour sa prise en charge d’un jeune homme

Le jeune homme à l’état civil souhaitait se voir prescrire « une hormonothérapie féminisante ». Sa mère, inquiète, a contacté ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres