Auditions sur la fin de vie (suite)

Publié le 2 Mai, 2008

La mission d’évaluation de la loi dite Leonetti sur la fin de vie poursuit ses auditions. Mercredi 31 avril, à l’Assemblée nationale, c’était au tour du professeur Alain Grimfeld, nouveau président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et de Régis Aubry, président du Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l’accompagnement, d’être entendus. Chacun a fait part de ses réticences à une légalisation de l’euthanasie, y compris sous la forme d’une "exception d’euthanasie".

Alain Grimfeld s’est ainsi fermement prononcé contre une révision de la loi en vigueur, car "prendre une décision a priori d’euthanasie, (…) ne serait pas simplement une erreur mais une faute, car les progrès médicaux évoluent si vite que l’on ne sait jamais ce qui peut survenir demain". D’après lui, "plus qu’une refonte de la loi de 2005 sur la fin de vie, il faudrait une remise en œuvre in extenso de celle-ci". "Il serait tout à fait déraisonnable, alors que cette loi est bonne, de la réviser, alors qu’elle n’est pas complètement mise en application", a-t-il répété.

Régis Aubry a lui rappelé que "95% des demandes d’euthanasie disparaissent avec les soins palliatifs". Opposé à une "exception d’euthanasie", notamment à cause des dérives qui pourraient en découler, il se dit néanmoins prêt à assumer une sorte de "transgression" qui serait "l’aboutissement d’une démarche" et ce sans que cela fasse l’objet d’une loi.

Psychologue, Marie-Frédérique Bacqué, elle aussi auditionnée, a souligné le fait que "le temps de l’agonie est devenu quelque chose d’insupportable dans notre société". "Il faut se préoccuper du mourant, mais aussi des survivants. La mort donnée est une mort violente pour les proches. Non pas sur le moment, mais après : il faut vivre avec", a-t-elle ajouté. Régis Aubry a lui aussi insisté sur la violence de l’injection létale qui provoque "une crispation généralisée du corps" et qui peut faire naître de grandes souffrances chez les proches "avec à la clé le risque de la culpabilité et du deuil pathologique".

Par ailleurs, dans le cadre de l’affaire Sébire , le procureur de Dijon, Jean-Pierre Alacchi, devrait, la semaine prochaine, ouvrir une information judiciaire pour "provocation au suicide". Rappelons que Chantal Sébire, âgée de 52 ans, avait été retrouvée morte à son domicile le 19 mars dernier. Sa mort avait été provoquée par absorption d’un barbiturique, utilisé à une dose mortelle. Atteinte d’une tumeur incurable, elle avait demandé à la justice, le 12 mars, la possibilité de "bénéficier d’un suicide médicalement assisté". Sa demande a été refusée par le tribunal de grande instance de Dijon le 17 mars. Ajoutons qu’elle avait refusé de prendre les traitements contre la douleur qui lui avaient été proposés.

L‘enquête n’a pas déterminé qui avait fourni à Chantal Sébire les doses de pentobarbitural qui ont provoqué son décès. Une précision tout de même : ses enfants et son frère étaient opposés à son suicide. Aujourd’hui, seule l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) "est opposée à la poursuite de l’enquête".

La Croix (Marine Lamoureux) 02/05/08 – Le Figaro.fr 30/04/08 – Libération (Eric Favereau) 02/05/08 – Le Quotidien du Médecin 05/05/08

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres