Au Royaume-Uni, les femmes qui congèlent leurs ovocytes ne sont pas assez informées

Publié le : 30 septembre 2020

Dans une note d’information publiée par le Nuffield Council on Bioethics, les experts britanniques alertent sur le manque de données transparentes fournies par les cliniques de fertilité concernant la congélation des ovocytes, notamment « sur la valeur de la congélation des ovocytes, sur le taux de succès de la technique et le coût ». Cette situation génère « une série de problèmes éthiques » accentués par  l’augmentation de la commercialisation de la congélation des ovocytes.

Des informations plus transparentes

Pour Frances Flinter, membre du Nuffield Council et professeur émérite de génétique clinique au Guy’s and St Thomas’ NHS Foundation Trust, « il est vital pour les femmes qui envisagent de congeler leurs ovocytes de pouvoir faire des choix éclairés ». De la congélation, décongélation des ovocytes, à la naissance d’un enfant vivant, elles doivent pouvoir accéder facilement aux données concernant les taux de réussite à différentes étapes du processus. Elles doivent aussi être informées « sur ce qui est connu et inconnu dans la technique ».

La congélation des ovocytes financée par les entreprises comme « avantage pour l’emploi », est une autre source de préoccupation. Si certains la considèrent comme un « égalisateur de genre » sur le lieu de travail, avec des effets positifs sur les salaires des femmes, il pourrait aussi conduire les femmes à retarder la maternité pour montrer leur engagement dans leur carrière.

Marketing et commercialisation

La note met également en évidence des exemples de problèmes de marketing, comme la banalisation de la congélation des ovocytes dans la couverture médiatique, le rôle des médias sociaux qui influencent la promotion de cette technologie, l’utilisation d’algorithmes qui ciblent les femmes avec des publicités dédiées, et les événements où la congélation des ovocytes est discutée au cours de la procédure. Les recherches montrent que les femmes peuvent se sentir sous pression pour recourir à la technique « afin d’éviter des regrets plus tard dans la vie ». Aussi, il est important que les stratégies de marketing « n’exploitent pas ces angoisses ».  

La note considère également les questions autour du débat sur l’augmentation de la limite de stockage pour la congélation sociale des ovocytes envisagée par le gouvernement. Elle est actuellement de 10 ans.

Le rapport souligne aussi « la nécessité d’une éducation en matière de fertilité afin que les femmes soient conscientes du déclin de la fertilité féminine ».

Le coût moyen du prélèvement et de la congélation des ovocytes pour des raisons sociales est de 3350 £, avec de 500 à 1 500 £ de frais supplémentaires pour les médicaments. Les frais de stockage quant à eux vont de 125 à 350 £ par an.

 

Source : Irish news (26/09/2020) – BBC (30/09/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres