Au Canada, une première demande d’élargissement des critères pour l’aide médicale à mourir

Publié le : 28 juin 2016

Au Canada, la loi C-14 qui est entrée en vigueur le 17 juin dernier, (cf. Aide Médicale à mourir : Au Canada, la loi C-14 est entrée en vigueur vendredi , « Le meurtre a été légalisé au Canada » ) « encadre l’aide médicale à mourir » pour les adultes consentant « dont la mort est raisonnablement prévisible ». Dix jours plus tard, une première contestation « allègue que la loi est anticonstitutionnelle car elle exclut les personnes dont les souffrances n’ont pas de ‘fin immédiate en vue’ ». La loi serait donc « discriminatoire ».

 

La contestation est « pilotée par l’Association des libertés civiles de Colombie-Britannique (ALCCB) », dont la première victoire l’an dernier en Cour suprême « avait obligé le gouvernement fédéral à légaliser l’aide médicale à mourir ». Pour « illustrer sa cause », l’ALCCB a « recruté » Julia Lamb, une jeune femme de 25 ans atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie qui entraine une dégénérescence des muscles squelettiques. Julia Lamb « ne veut pas mourir maintenant », elle « ne réclame pas non plus le droit de demander par anticipation la mort quand telle ou telle condition sera remplie ». Mais elle « veut avoir la certitude » qu’elle pourra demander une injection létale lorsqu’elle le souhaitera, et « prétend que ce droit lui a été retiré par l’adoption du projet de loi C-14 ».

 

A travers cette cause théorique, l’ALCCB réclame l’élargissement de la loi aux « canadiens atteints d’amyotrophie spinale, de sclérose en plaques, de sténose du canal rachidien lombaire, du syndrome de verrouillage, de lésions traumatiques de la moelle épinière, de la maladie de Parkinson ou d’Huntington ». D’autres causes seraient à prévoir.

 

En réponse, la ministre de la justice Jody Wilson Raybould a « réitéré sa conviction que sa loi est constitutionnelle et est la meilleur approche pour le pays ». Le premier ministre Justin Trudeau avait pour sa part prédit « des pressions » à la suite du vote, mais il a rappelé que « les Canadiens vont vivre et fonctionner dans ce nouvel encadrement ».

 

<p>Le Devoir, Hélène Buzetti (28/06/2016); AFP (27/06/2016); Radio Canada (27/06/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres