AMP : Un risque de diabète plus élevé pour les embryons congelés

Publié le : 6 février 2020

Une étude menée sur 3 millions d’enfants suédois nés entre 1985 et 2015, dont près de 48.000 enfants nés d’une AMP[1], a montré « une association entre transfert d’embryons congelés et risque de diabète de type 1 ». En revanche les résultats n’indiquent pas « d’augmentation du risque global de diabète de type 1 chez les enfants nés d’AMP par rapport aux enfants nés après une conception spontanée ». Le diabète de type 1 est « l’une des maladies chroniques les plus fréquentes de l’enfance ».

 

« La cohorte AMP comprenait près de 37.000 enfants nés après un transfert d’embryons frais et 11.000 enfants environ nés après un transfert d’embryons congelés ». Et « au total, 202 enfants nés après AMP[2] et 18.000 enfants[3] environ nés après une conception spontanée ont développé un diabète de type 1 ».

 

Dans la pratique de l’assistance médicale à la procréation, « le taux de transfert d’embryons congelés augmente progressivement et représente environ 40% des AMP dans différents pays européens, avec une tendance équivalente aux Etats-Unis ». Cette stratégie du « Freeze all » est plébiscitée en raison « des taux préservés de naissance et un moindre risque d’hyperstimulation ovarienne ».

 

Les méthodes d’assistance médicale à la procréation sont également « associées à un taux plus élevé de naissances prématurées et de petit poids de naissance ». Par ailleurs, « d’autres études plus générales ont révélé une influence des traitements de fertilité sur la morbidité à long terme des enfants nés après leur utilisation ».

 

L’utilisation des méthodes d’AMP a « nettement » augmenté au cours des dernières années : « plus de 390.000 enfants naissent de ces méthodes annuellement ».

 

 

Pour aller plus loin :

Embryons congelés : « Ce n’est pas un objet en garde-meuble, c’est une vie ! »

Quel avenir pour les embryons congelés quand les parents divorcent ? Le Colorado rédige de nouvelles directives

AMP Vigilance : 15 ans plus tard, un dispositif toujours gravement défaillant

Une Canadienne divorcée obtient la propriété de son embryon congelé mais doit dédommager son ex-mari de 50 % de la valeur d’achat



[1] Assistance médicale à la procréation.

[2] Sur 48 000.

[3] Sur 3 millions.

 

<p>Mediscoop, Julie Sarfati (05/02/2020)</p> <p> </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres