Allonger le congé paternité pour déconstruire les stéréotypes ?

Publié le : 23 septembre 2020

Emmanuel Macron a annoncé aujourd’hui l’allongement du congé paternité, qui passe de 14 à 28 jours[1]. Une mesure qui sera effective en juillet prochain, et inscrite dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale. La réforme coûterait 500 millions d’euros de plus par an à la branche famille estime le cabinet du ministère de la santé. Outre son allongement, le congé paternité devient en partie obligatoire[2], sous peine d’une amende de « 7500 euros, parfois assortie de dommages et intérêts » pour l’employeur.

Cette mesure vise à aligner congé paternité et congé maternité, dans une optique d’égalité hommes/femmes. Elle va « déconstruire les rôles stéréotypés dans la vie des couples », affirme Marie Donzel, directrice associée au sein du cabinet AlterNego. Rendre ce congé obligatoire[3] soulève toutefois des critiques : « Il ne faut pas oublier que ce sont des raisons sanitaires qui ont conduit à rendre le congé maternité obligatoire. La mère porte l’enfant, peut l’allaiter… Un père et une mère, ce n’est pas la même chose », relève Julien Hamon, professeur associé à Sciences Po.

Cette annonce intervient alors que le récent rapport sur les 1000 premiers jours de l’enfant, recommandait de porter le congé paternité à neuf semaines (cf. « 1000 premiers jours » de l’enfant : le rapport). Une proposition de loi portée par le député Guillaume Chiche vise pour sa part à l’allonger à douze semaines dont huit seraient obligatoire. « Ce n’est pas l’attente des français », répond le gouvernement.

Note : Le congé paternité concerne le père de l’enfant, quelle que soit sa situation familiale. Il peut également être posé par une personne qui n’est pas le père de l’enfant : « conjoint de la mère, partenaire Pacs, ou personne vivant maritalement avec la mère ».

 

[1] Actuellement, le congé paternité comprend 11 jours à la charge de la branche famille, et 3 jours de congés de naissance financés par l’employeur.

[2] « Cette part incompressible n’a pas encore été précisée ».

[3] Le congé maternité est obligatoire pour moitié (8 semaines sur 16).

Source: Le Figaro, Agnès Leclair (22/09/2020); L’express, Julien Charbout (23/09/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres