Alerte sur le nouveau dépistage de la trisomie 21

Publié le : 11 mai 2009

Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune  et auteur de "La trisomie est une tragédie grecque" (Salvator, 2009), alerte dans le Figaro sur les dangers liés à l’imminente intensification du dépistage de la trisomie 21 en France.

Alors qu’aujourd’hui ce dépistage est proposé au deuxième trimestre de grossesse, le nouveau dépistage sera, lui, proposé au premier trimestre. A ce stade, l’amniocentèse étant impossible, il sera proposé de recourir à la biopsie du trophoblaste (futur placenta) qui induit un taux de pertes fœtales 1,5 à 2 fois plus élevé que pour une amniocentèse.

Rappelons que le dépistage actuel de la trisomie 21 n’est pas dénué de dommages collatéraux : annonce à tort d’une grossesse épargnée par la maladie (faux négatifs), crainte inutilement entretenue de la trisomie 21 (faux positifs), inflation des amniocentèses de confirmation (plus d’une grossesse sur dix) qui entraînent la perte de deux fœtus sains pour un fœtus trisomique.

Les femmes devront donc choisir entre la biopsie du trophoblaste, plus tôt et plus risquée pour réduire le temps de leur angoisse, ou l’amniocentèse, plus tard et moins risquée mais avec un temps d’attente de diagnostic plus long.

Par ailleurs, l’autre inquiétude vient de la disparition du temps de réflexion. En effet, l’ensemble des examens de dépistage seront faits dans la journée avec un résultat de la biopsie dans les 48 heures. Comment peut-on alors parler d’un consentement libre et éclairé de la femme ?

Rappelons que la trisomie est surdépistée. 96% des enfants trisomiques dépistés sont avortés. L’objectif de ce nouveau dépistage vise donc vraisemblablement à une "intensification de l’eugénisme".

Et Jean-Marie Le Méné de conclure : "la trisomie 21 n’a-t-elle pas davantage besoin d’une valorisation des personnes qui en sont atteintes que d’une stigmatisation de la charge à laquelle on les réduit ? Laissons plutôt les Etats généraux [de la bioéthique, NDLR] saisir la chance historique qui leur est offerte : exiger que l’économie et la technique soient au service de l’humain, et non l’inverse".

Le Figaro 09/05/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres