A 18 ans, Justine ne veut pas avorter

Publié le : 13 janvier 2021

Très amoureuse de Jules, Justine a 17 ans, elle est étudiante en BEP pour devenir aide-soignante, quand elle tombe enceinte pour la première fois. L’un comme l’autre, ils sont fous de joie. Quand Justine l’annonce à sa mère, celle-ci refuse d’entendre et la pousse à l’avortement à chaque instant. Justine pleure, « en fait des cauchemars ». Contre l’avis de Jules, qui respecte son choix, de guerre lasse, Justine avorte à deux mois de grossesse. Elle s’enfuit pour retrouver Jules. L’avortement pour lui aussi est une épreuve. Peu de temps après, elle perd du sang, fausse couche. Avec Jules, leur désir d’avoir un enfant est intact. Cinq mois plus tard, Justine est de nouveau enceinte, et des problèmes financiers la contraignent à revenir chez sa mère. Elle ne dit rien, cependant très vite sa mère comprend et la somme d’avorter. Cette fois, Justine tient bon. Sa mère la menace : dans 15 jours, « tu es majeure, tu quittes la maison ». Justine se renseigne sérieusement sur les foyers et en fait part à sa mère qui comprend que, cette fois, sa fille ne lâchera pas. Alors elle change du tout au tout, garde Justine chez elle : « tu as une famille, ce bébé a une famille, tu restes à la maison » et s’investit avec joie dans l’arrivée de l’enfant. Une gynécologue tente à son tour de la décourager : « Vous n’allez tout de même pas le garder ? Vous savez de quoi ça a besoin un bébé ? ». Justine tient bon, Jules est très présent. Rémy naît avec quinze jours d’avance, le jour de l’oral d’aide-soignante de sa maman. Le bébé va bien. Justine est comblée.

Un deuxième enfant ?

Elle retourne vivre avec Jules. Au bout de 10 mois, elle se rend compte de l’infidélité de Jules. Le couple est en crise et pendant cinq ans essayera de « recoller les morceaux ». En vain. La mère de Justine est mutée à Toulouse, accompagnée de Rémy, elle la suit et s’inscrit à l’université pour reprendre des études. Rémy grandit, c’est un petit garçon rêveur, très fort en maths.

Dix ans plus tard, Justine a rencontré Karim. Elle est enceinte. Le couple ne va pas bien. La grossesse est pénible, Justine vomit beaucoup, elle ne veut pas du bébé. C’est une petite fille. Elle entreprend les démarches pour avorter mais ne se rend pas au rendez-vous. Trop difficile. Elle se renseigne sur l’accouchement sous X. Y renonce aussi. Ernestine naît. Justine pleure : « Ce bébé, je n’ai rien à lui offrir ». Pourtant, elle « ne doute pas que le lien va se faire à un moment donné ».

Et maintenant ?

Aujourd’hui, l’amour pour ses deux enfants est aussi fort mais il s’est construit différemment. Justine est éducatrice de jeunes enfants en crèche, elle vit avec Karim et ses deux enfants. Son avortement reste un tabou, dans sa famille, on n’en parle pas.

Source : Ouest France, Mélissa Boufigi (12/01/2021) – Photo : Boris Gonzalez from Pixabay

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres